Poursuivons la mobilisation jusqu’au retrait de la loi “sécurité globale”

MANIFESTATION SAMEDI 12 DÉCEMBRE à 11h

départ en bas des allées Maillol, en face du cinéma Castillet (bd Wilson)

Communiqué de la coordination StopLoiSécuritéGlobale 66

La coordination #StopLoiSécuritéGlobale fédère des syndicats, sociétés, collectifs, associations de journalistes et de réalisateur-ices, confédérations syndicales, associations, organisations de défense de droits humains, comités de familles de victimes de violences policières, de collectifs de quartiers populaires, d’exilé-es, de blessé.e.s et de Gilets jaunes.

Le gouvernement et la majorité parlementaire tentent d’éteindre le feu qu’ils ont eux-mêmes allumé. Ils essaient de sortir l’article 24 de la proposition de loi Sécurité globale… pour mieux inclure ses dispositions dans l’article 25 de la loi sur le séparatisme. Et les articles 21 et 22 sont toujours là, visant l’instauration d’outils de surveillance de masse. L’utilisation des drones avec caméras (article 22) menace la liberté d’expression et de manifestation et rend illusoire la protection des sources des journalistes et lanceur·ses d’alerte.

Jeudi 3 et samedi 5 Décembre, les manifestantes et manifestants ont exercé leurs droits les plus fondamentaux, en France, dont Perpignan et Prades.

Les cortèges mêlent souvent slogans contre la loi sécurité globale, pour la liberté d’expression et des revendications contre le chômage et la politique anti-sociale et anti-environnementale du gouvernement, sans oublier les violences policières. Ils se sont déroulés dans le calme et la détermination des manifestant-es.

Depuis un mois, la coordination #StopLoiSécuritéGlobale, à laquelle l’Observatoire du Respect des Droits et Libertés, élargi à de nouvelles organisations, s’est jointe pour les P.O., exige le retrait de la proposition de loi « Sécurité globale » et du Schéma national de maintien de l’ordre. Ce sont encore une fois les citoyen.ne.s qui protègent les libertés publiques fondamentales et essaient d’écarter toute tentative de surveillance de masse.

C’est pourquoi la coordination #StopLoiSecuriteGlobale 66 appelle à poursuivre la mobilisation jusqu’à son retrait définitif et va s’occuper aussi maintenant des 3 décrets de fichage de masse qui vont bientôt rentrer en application, intitulés “Prévention des atteintes à la sécurité publique”.

C’est ainsi que nous appelons à une manifestation le SAMEDI 12 DECEMBRE à 11h – Départ dans le bas des allées Maillol, face au cinéma Castillet.

 

2020-12-10 Communiqué unitaire intersyndical