La FSU66 exprime sa condamnation et son indignation devant les violences dont ont été victimes les étudiants en lutte de la fac de droit de Montpellier. Elle appelle à participer aux rassemblements qui auront lieu mercredi 28 partout en France et à celui qui  se tiendra à l’UPVD le mardi 27 à 13h à l’appel de Rage’Up. (bâtiment des inscriptions)

Ci-dessous le communiqué des syndicats FSU de l’Université de Montpellier.

Communiqué SNASUB-FSU, SNCS-FSU et SNESUP-FSU :

Une agression fasciste inadmissible qui témoigne du retour des briseurs de grève

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un groupe d’individus cagoulés et armés s’est introduit dans l’université de Montpellier agressant des étudiant.es qui occupaient un amphithéâtre de l’UFR de droit et science politique, dans le cadre de la mobilisation contre la sélection à l’Université et la réforme du bac, pour le retrait de la loi ORE. Plusieurs étudiant.es ont été gravement blessé.es, des insultes à caractères racistes et homophobes ont été proférées.

Le SNASUB-FSU, le SNCS-FSU et le SNESUP-FSU condamnent ces violences fascistes avec la plus grande fermeté et demandent que leurs auteurs et leurs complices qui ont favorisé l’intrusion dans les locaux fassent l’objet de poursuites judiciaires. Ils appellent les victimes à porter plainte et demandent à la ministre Frédérique Vidal de diligenter toute enquête utile à l’établissement des faits.

Ils apportent leur soutien le plus appuyé aux étudiant.es et aux collègues mobilisé.es de l’Université de Montpellier et appellent tous les membres de la communauté universitaire à témoigner de leur solidarité avec les victimes de ces brutalités.

À l’université, le fascisme et les briseurs de grève ne passeront pas.

Communiqué national de la FSU :

Communiqué de presse FSU